«Marcel Trudel: l’homme et l'historien»

«Marcel Trudel: l’homme et l'historien»

Date : Jeudi 31 mars 2016

Une présentation du CIEQ

Jeudi 31 mars à 12 h
Pavillon Charles-De Koninck, salle 3244 Conférencier : François-Olivier Dorais, doctorant en histoire à l’Université de Montréal Figure d’avant-scène du renouveau historiographique québécois de l’après-guerre et de l’essor des sciences historiques à l’Université Laval, universitaire d’institution et citoyen engagé dans la vie publique de son temps, Marcel Trudel demeure l’un des historiens les plus importants du Québec contemporain, tant par sa longévité (plus de 60 ans de vie intellectuelle active) que par l’abondance de sa production scientifique (près d’une cinquantaine d’ouvrages érudits). Qu’il s’agisse de ses travaux fondateurs sur le régime anglais à l’aube de sa carrière, de sa monumentale Histoire de la Nouvelle-France ou encore de ses Mémoires d’un autre siècle, qui offrent un précieux témoignage sur le XXe siècle québécois, son oeuvre prend un relief historique d’une grande richesse pour le chercheur en histoire intellectuelle; il faut la lire comme une fenêtre ouverte et privilégiée sur la recomposition du champ historiographique québécois en amont de la Révolution tranquille et sur les aspirations et les attentes spécifiques qui se condensent chez ses historiens de métier.

Et pourtant, l’homme et l’oeuvre restent à ce jour relativement peu étudiés, sinon sous les traits convenus de l’historien iconoclaste, déboulonneur de mythes et apôtre d’une histoire résolument « objective » érigée en opposition à l’histoire édifiante de ses prédécesseurs. Cette réception, d’un manichéisme plus commode qu’avéré, se double aussi d’une sorte de déclassement de Trudel dans notre mémoire disciplinaire, déclassement qui tiendrait au positivisme et au rationalisme un peu froid de ses analyses, si ce n’est à l’impression d’une oeuvre inféconde lorsqu’on la compare aux hypothèses novatrices et globales d’un Michel Brunet ou d’un Fernand Ouellet, qui ont davantage retenu l’attention de nos historiographes. Pour combler ces lacunes, nous nous proposons dans cette conférence, en prenant appui sur un dépouillement récent du fonds d’archives de l’historien, de plonger plus en profondeur dans son itinéraire personnel et intellectuel afin de mieux en cerner la singularité. En effet, son positionnement générationnel et épistémologique n’est pas moins passionnant que l’oeuvre sur laquelle elle jette un éclairage particulier. Entrée libre. Bienvenue à toutes et à tous! Pour information : CIEQ Source : Étienne Rivard
Coordonnateur du CIEQ-Laval
coordination@cieq.ulaval.ca