Étudier en communication

Le monde des communications regorge de possibilités professionnelles et de formations. Vous voulez devenir journaliste, stratège, publicitaire, relationniste ou chercheur? Explorez nos programmes d’études afin de trouver celui qui vous permettra d’atteindre vos objectifs.

Étudier au 1er cycle

Acquérez une solide formation qui vous permettra d’atteindre vos objectifs de carrière.

Étudier aux 2e et 3e cycles

Approfondissez vos connaissances et dépassez-vous grâce à nos programmes de 2e et 3e cycles.

Périodes d’admission

Été 2019

Explorez les programmes ouverts à la session d’été.

Automne 2019

Explorez les programmes ouverts à la session d’automne.

Hiver 2020

Déposez avant le 1er novembre et débutez vos études dès janvier 2019.

Options d’études

Profils d’études

Enrichissez votre parcours scolaire grâce aux profils d’études.

Mobilité internationale

Découvrez les différentes façons d’effectuer un stage ou un séjour d’études à l’étranger.

Expériences pratiques

Stages

Parcourez les possibilités de stages offertes aux étudiants du Département.

Témoignage

Mélissa Parent, diplômée du baccalauréat en communication publique de l'Université Laval

Mélissa Parent

Diplômée du baccalauréat en communication publique, chargée de projet chez Gestev

«Comme la plupart des étudiants au baccalauréat en communication publique, je me suis inscrite dans ce programme en ne sachant pas exactement ce que je voulais faire, mais en étant assurée d’une chose: ce domaine était le mien et j’avais la personnalité pour accomplir de belles choses. C’est pourquoi dès ma première année, je me suis impliquée dans divers comités. C’est d’ailleurs le meilleur conseil que je peux donner aux futurs étudiants: impliquez-vous! Le Gala de la relève, le Salon des communications, les Jeux de la communication, l’association étudiante, le défilé de mode: non seulement ces implications vous permettront d’acquérir de l’expérience concrète, mais elles vous permettront aussi de vous faire des contacts pour le futur, car vos collègues de classe seront vos clients ou partenaires de demain! J’échange chaque jour avec d’anciens étudiants avec qui j’ai étudié, ces relations sont donc précieuses!»

Audrey-Maude Vézina, diplômée du baccalauréat en physique et étudiante à la maîtrise en journalisme international

Audrey-Maude Vézina

Diplômée du baccalauréat en physique et étudiante à la maîtrise en journalisme international, lauréate du grand prix de la bourse Fernand-Seguin 2018

«J’ai complété mon baccalauréat en physique à l’Université Laval, mais j’ai rapidement réalisé qu’une vie de recherche ne me convenait pas. Durant ma 4e session dans le programme de physique, j’ai suivi le cours Introduction au journalisme écrit avec Thierry Watine. J’ai eu l’occasion de rédiger un article sur la détection des ondes gravitationnelles; le mélange parfait de physique et de journalisme. J’ai adoré rédiger cet article et j’ai su que je voulais faire du journalisme scientifique. Pour me faire la main, je suis devenue journaliste bénévole au magazine de rue La Quête. M. Watine et Jean-Marc Fleury, titulaire de la Chaire de journalisme scientifique Bell Globemedia, m’ont encouragé à poursuivre le journalisme au cycle supérieur. Je suis actuellement étudiante à la maîtrise en journalisme international. Durant ma 1re année, j’ai suivi les 3 cours du microprogramme de 2e cycle en communication et journalisme scientifiques. Ils m’ont donné les compétences nécessaires pour rédiger un reportage sur le cancer du sein qui m’a valu le grand prix de la bourse Fernand-Seguin 2018. Les stages offerts par la bourse me permettront de parfaire mes connaissances.»

Laura Rancourt, diplômée du baccalauréat en communication publique

Laura Rancourt

Diplômée du baccalauréat en communication publique, chargée de projet Web à l'Université Laval

«J’ai toujours été attirée par l’art, la culture et les langues. Après un passage au cégep en langues, j’ai décidé de choisir la communication afin de pouvoir conjuguer mes passions. J’ai choisi de faire le baccalauréat sans concentration, car j’aimais autant la publicité que le journalisme, et je ne savais pas encore dans quel domaine je me voyais travailler. J’ai alors pu prendre la moitié de mes cours à option en publicité et l’autre moitié en journalisme. Ce choix s’est avéré pertinent, car depuis ma diplomation, j’ai utilisé autant mes compétences en rédaction qu’en publicité. J’ai occupé des postes variés tels que conseillère en communication, chef de projet marketing, rédactrice Web et blogueuse. Si c’était à refaire, je ferais la même chose, car mon baccalauréat, jumelé à mon implication chez Préambule, m’a permis de me frayer un chemin sur le marché du travail rapidement et d’avoir une carrière passionnante!»