Département d’information et de communication, Université Laval

Ma passion, c’est la communication

Acquérez une formation à la fine pointe des développements dans le domaine des technologies de l’information et de la communication.

Découvrez nos programmes
Prix Le Devoir de La Presse étudiante

L’Exemplaire récompensé par Le Devoir

Félicitations à l’équipe de L’Exemplaire, média-école des étudiants en journalisme, qui a remporté le prix du meilleur journal étudiant remis par Le Devoir.

Consultez la nouvelle
Département d'information et de communication, Université Laval

Des locaux ultramodernes

Vous évoluerez dans un environnement technologique qui vous permettra de mettre vos connaissances en pratique.

Bienvenue au Département d’information et de communication

Au Département d’information et de communication, la recherche et l’expérience professionnelle se côtoient dans 3 secteurs de la communication publique: la publicité, les relations publiques et le journalisme. Une formation solide, des outils à la fine pointe de la technologie, un corps enseignant compétent, passionné et engagé, voilà ce qui vous attend si vous êtes attiré par les différentes facettes de la communication médiatique à l’ère du multicanal et du multiplateforme.

Étudier au 1er cycle

Acquérez une formation de relationniste, de journaliste, de publicitaire ou, approfondissez votre culture générale.

Étudier aux 2e et 3e cycles

Approfondissez vos connaissances et développez une expertise dans un domaine particulier de la communication publique.

Concentrations

Le journalisme, la publicité ou les relations publiques vous passionne? Découvrez les 3 concentrations offertes au baccalauréat en communications publiques.

Stages en communication

Découvrez un programme de stage unique qui repose sur une relation personnalisée avec chaque stagiaire et chaque employeur.

Actualités

Témoignages

Audrey-Maude Vézina, diplômée du baccalauréat en physique et étudiante à la maîtrise en journalisme international

Audrey-Maude Vézina

Diplômée du baccalauréat en physique et étudiante à la maîtrise en journalisme international, lauréate du grand prix de la bourse Fernand-Seguin 2018

«J’ai complété mon baccalauréat en physique à l’Université Laval, mais j’ai rapidement réalisé qu’une vie de recherche ne me convenait pas. Durant ma 4e session dans le programme de physique, j’ai suivi le cours Introduction au journalisme écrit (COM-2003) avec Thierry Watine. J’ai eu l’occasion de rédiger un article sur la détection des ondes gravitationnelles; le mélange parfait entre physique et journalisme. J’ai adoré rédiger cet article et j’ai su que je voulais faire du journalisme scientifique. Pour me faire la main, je suis devenue journaliste bénévole au magazine de rue La Quête. M. Watine et Jean-Marc Fleury, titulaire de la Chaire de journalisme scientifique Bell Globemedia, m’ont encouragée à poursuivre le journalisme aux cycles supérieurs. Je suis actuellement étudiante à la maîtrise en journalisme international. Durant ma 1ère année, j’ai suivi les 3 cours du microprogramme de 2e cycle en communication et journalisme scientifiques. Ils m’ont donné les compétences nécessaires pour rédiger un reportage sur le cancer du sein qui m’a valu le grand prix de la bourse Fernand-Seguin 2018. Les stages offerts par la bourse me permettront de parfaire mes connaissances. Dans une période où les enjeux scientifiques sont souvent corrompus par les fausses nouvelles, il est fondamental d’avoir de bons journalistes scientifiques pour chercher les vraies informations et les diffuser au grand public.»

Élise Rousseau, diplômée du baccalauréat en communication publique

Élise Rousseau

Diplômée du baccalauréat en communication publique, stratège en communication numérique chez SPK

«Curieuse de nature et touche-à-tout, je ne pouvais pas m’imaginer faire le même travail toute ma vie. J’ai toujours aimé comprendre les gens pour mieux les représenter et les rassembler: c’est pour cette raison que j’ai choisi d’étudier en communication publique. Le baccalauréat m’a amenée à développer une vision stratégique qui m’est utile, peu importe la nature des défis et des mandats. De plus, la multitude d’occasions d’implications permet d’en ressortir avec une expérience concrète et de se démarquer sur le marché du travail. Dans mon cas, j’ai pu appliquer ce que j’apprenais dans les cours chez MC2 et à l’agence étudiante Préambule.»

Laura Rancourt, diplômée du baccalauréat en communication publique

Laura Rancourt

Diplômée du baccalauréat en communication publique, chargée de projet Web à l'Université Laval

«J’ai toujours été attirée par l’art, la culture et les langues. Après un passage au cégep en langues, j’ai décidé de choisir la communication afin de pouvoir conjuguer mes passions. J’ai choisi de faire le baccalauréat sans concentration, car j’aimais autant la publicité que le journalisme, et je ne savais pas encore dans quel domaine je me voyais travailler. J’ai alors pu prendre la moitié de mes cours à option en publicité et l’autre moitié en journalisme. Ce choix s’est avéré pertinent, car depuis ma diplomation, j’ai utilisé autant mes compétences en rédaction qu’en publicité. J’ai occupé des postes variés tels que conseillère en communication, chef de projet marketing, rédactrice Web et blogueuse. Si c’était à refaire, je ferais la même chose, car mon baccalauréat, jumelé à mon implication chez Préambule, m’a permis de me frayer un chemin sur le marché du travail rapidement et d’avoir une carrière passionnante!»

Vanessa Gouri, diplômée du baccalauréat en communication publique

Vanessa Gouri

Diplômée du baccalauréat en communication publique, chargée de projet chez CEFRIO

«Mon grand amour a toujours été la publicité. Encore aujourd’hui, je me surprends à avoir des émotions et à applaudir devant une excellente publicité. C’est pour cette raison que j’ai décidé de faire le baccalauréat en communication publique. Mes années d’études et mon expérience au sein de Préambule m’ont permis de développer des façons de travailler et de réfléchir qui me sont utiles au quotidien. J’ai appris à accorder une importance particulière à la première communication avec un client. Cet échange me permet de bien comprendre les besoins et gérer les attentes. Le baccalauréat m’a également sensibilisée à l’importance d’avoir des objectifs clairs et les mesurer une fois le projet terminé.»