Karine Taché

Karine Taché, nommée titulaire de la Chaire de recherche du Canada en archéologie biomoléculaire

9 juillet 2020

Le Secrétariat des programmes interorganismes à l’intention des établissements vient d’annoncer officiellement la nomination de Karine Taché, professeure au Département des sciences historiques, à titre de titulaire de la Chaire de recherche du Canada (niveau 2) en archéologie biomoléculaire.

Karine Taché est spécialisée en archéologie du nord-est américain. Un des thèmes rassembleurs de ses recherches est la nourriture et l’ensemble des pratiques et choix culturels qui l’entourent. Elle applique des techniques développées en chimie analytique afin d’extraire et identifier des molécules organiques préservés en contexte archéologique, notamment à l’intérieur de la matrice poreuse des céramiques anciennes. Ses contributions dans le domaine des analyses de résidus organiques s’intègrent dans un vaste programme de recherche qui tente de comprendre l’adoption et l’utilisation de la poterie à l’échelle mondiale, hors du cadre longtemps établi où cette innovation était uniquement associée à une agriculture émergente. Karine Taché dirige également le Laboratoire d’archéologie biomoléculaire qui devient la neuvième composante des Laboratoires d’archéologie de l’Université Laval, infrastructure de recherche de pointe parmi les plus importantes au Canada en archéologie et archéométrie. Novatrice, son approche participera au développement de nouvelles méthodologies appliquées à l’étude des résidus organiques en archéologie et à l’enrichissement de nos interprétations archéologiques, notamment celles ayant trait à la culture matérielle autochtone et européenne d’Amérique du Nord.

La Chaire de recherche du Canada en archéologie biomoléculaire fait partie des sept nouvelles chaires de recherches décrochées par la communauté de recherche de l’Université Laval. Voir l’annonce sur ULaval nouvelles.

Sur les Chaires de recherche du Canada
« Les titulaires de chaire visent à atteindre l’excellence en recherche dans les domaines des sciences naturelles, du génie, des sciences de la santé, des sciences humaines et des sciences sociales. Ils aident les Canadiens à approfondir leurs connaissances, à améliorer leur qualité de vie et à renforcer la compétitivité du Canada sur la scène internationale. Ils contribuent par ailleurs à la formation de la prochaine génération de travailleurs hautement qualifiés en supervisant des étudiants, en enseignant et en coordonnant les travaux d’autres chercheurs. 

Les chaires de recherche de niveau 2, d'une durée de cinq ans et renouvelables une seule fois, sont attribuées à des chercheurs émergents exceptionnels considérés par leurs pairs comme étant susceptibles de devenir des chefs de file dans leur domaine. » (Secrétariat des Chaires des recherche du Canada)