Christian Desîlets (Département d'information et de communciation)

Comprendre l'infodémie

12 avril 2021

Le groupe de recherche plurifacultaire et intersectoriel «Information, désinformation et médias», formé par le Vice-rectorat à la recherche, à la création et à l'innovation (VRRCI) pour répondre aux défis de la relance postpandémique et piloté par Christian Desîlets (Département d’information et de communication) et Nadia Naffi (FSÉ), a obtenu une subvention de démarrage pour le projet Comprendre la prolifération infodémique pour contrer la désinformation: une approche intégrée de la société vers l'individu. Ce projet initial sera placé sous la direction de Sébastien Tremblay (FSS) et bénéficiera des expertises de chercheur·es provenant de 5 facultés (Faculté des sciences sociales, Faculté des sciences de l'éducation, Faculté des sciences infirmières, Faculté des sciences et de génie et Faculté des lettres et des sciences humaines).

À propos du groupe de recherche thématique «Information, désinformation et médias».
Dans son plan de relance des activités de recherche, le VRRCI a mis en place 11 groupes de travail thématiques qui ont comme mandat de développer de grands projets innovants afin de saisir les opportunités liées à la relance de l’économie et de notre société à la suite de la pandémie. Ces groupes sont: Technologies sanitaires (SanTech), Intelligence artificielle et santé, Sécurité et indépendance alimentaires, Personnes vulnérables, Vieillisement, Villes et territoires, Technologies et services manufacturiers, Nouvelle économie, One Health, Économie verte et développement durable et Information, désinformation et médias dont la problématique fédératrice est la suivante :

La crise actuelle a confirmé l’importance grandissante des médias sociaux et autres médias électroniques dans la sphère publique. De plus, une abondance de nouvelles informations scientifiques est aussi apparue dans les médias généralistes. Cette masse d’information plus ou moins vérifiée oriente de plus en plus les débats publics, mais aussi affecte les comportements politiques et influence l’opinion des gens. De plus, les différents algorithmes derrière plusieurs sites de médias sociaux peuvent aussi influencer le contenu auquel certaines personnes ont accès, pouvant ainsi biaiser certaines opinions. Comment cette nouvelle réalité (médias sociaux, vulgarisation scientifique, opinion souvent confondue avec les faits, etc.) impacte-t-elle notre société? Est-ce que la place de la science dans les médias généralistes va demeurer ce qu’elle est en ce moment ou est-ce simplement circonstanciel? Quelle influence a toute cette information et cette désinformation sur la façon dont les politiciens et la santé publique gèrent une telle crise ?

Ces questions vous intéressent ? Suivez les travaux du groupe de recherche et voyez en rediffusion son webinaire «Faites vos recherches»: l'économie cognitive de la désinformation.