Cartes postales de l'enfer, de Neil Bissoondath

Cartes postales de l'enfer, de Neil Bissoondath

Cartes postales de l'enfer, de Neil Bissoondath

28 avril 2016

Choisi par Claude Bernatchez
Animateur de Première heure
Ici Radio-Canada Première  Résumé : Alec est un homme d'affaires issu d'une famille modeste. La vie est pour lui un tissu de mensonges qu'il se raconte à lui-même et qu'il répète aux autres. Il s'est fabriqué le personnage d'un homosexuel entretenant de nombreuses relations dans les milieux huppés dont est issue sa clientèle. Pour Sumintra, ou Sue, comme elle se nomme elle-même, il est hors de question de faire mentir l'image que ses parents se font d'elle, même si elle s'est ménagé une vie parallèle, à l'abri de leur regard. Quand elle fait la connaissance d'Alec, leurs vies secrètes se rejoignent et ils se découvrent amoureux l'un de l'autre. Le problème, c'est que leurs vies publiques vont à l'encontre de ce qu'ils sont, de ce qu'ils désirent, et les poussent vers tout ce qu'ils redoutent. Dans ce roman bref, l'auteur propose une troublante réflexion sur les différentes identités qui s'opposent en nous : celle que nous lègue notre famille, celle que veut nous imposer la société, celle pour laquelle nous sommes prêts à risquer notre vie. Sélection du Prix Fémina 2009.

Extrait : « Les secrets... Nous en avons tous. Des cartes postales de l'enfer - des cartes postales jamais envoyées, souvenirs de nos voyages d'ombre accrochés aux murs intérieurs de notre vie, où ils se fondent en quelque sorte dans la trame cachée. Nous en créons nous-mêmes un certain nombre; d'autres nous sont imposés. Petits ou grands, ils n'en sont pas moins des secrets, et nous vivons dans la terreur d'être un jour démasqués. La règle primordiale? Ne pas se faire prendre. » POURQUOI CE LIVRE FAIT PARTIE DES INCONTOURNABLES Ambition et réussite. C'est tout ce qui compte pour Alec. Tellement, qu'il ira jusqu'à s'inventer une double vie pour atteindre ses objectifs professionnels. Sumintra entretient aussi le mensonge. C'est la seule façon pour elle de se soustraire du carcan traditionnel de sa famille indo-canadienne. La réussite à tout prix, le succès professionnel, est-ce que tout est permis pour y arriver? Vivre sa vie et adopter les valeurs de sa société d'accueil, n'est-ce pas légitime? Et vous? Jusqu'où seriez-vous prêt à aller?